Les terres du château

Aujourd’hui, rien ne permet d’imaginer à la place de l’école Jean de la Fontaine, l’existence d’un château fort dont la construction est à l’origine de la cité.

 

 

 

 

Deux cartes postales de 1884 montrent les travaux d’arasement des bases d’un donjon quadrangulaire emmotté. Elles sont les preuves de son existence, confirmée dans différents documents (aveux du Moyen Age, livres et documents du 19e siècle).

Documents officiels, le plan cadastral de 1824 et sa matrice, retiennent notre attention car les parcelles autour du château, sont désignées par des appellations en gallo ou en français :

  • Butte du vieux château
  • Domaine du vieux Château : ensemble de terres et de pâtures
  • Prés : ensemble des prairies, dont celles qui se trouvent aujourd’hui dans la zone humide bordée par la rivière
  • Nouette, mot gallo vient de noë, indique une prairie marécageuse.
  • Chevesse, mot gallo, signifie «champ transversal enclavé dans un domaine»
  • Chevée, autre écriture : chevert, chevet, signifie aussi «champ transversal»
  • Courtil, (ancien français et gallo cortil, courtilg, courti) est un jardin de campagne fermé de haies, de fagotage, de palis…
  • Jardin, herbier.